Coffrets, armoires de distribution, protection et mesure

Le TGBT

coffrets-armoires-installation-courant-installation-courant-fort-tableau-general-basse-tension

Définition et description du TGBT

Définition

L'armoire de distribution de type TGBT (Tableau Général Basse Tension) assure la fonction de distribution et de gestion d'énergie. Le TGBT est représenté par un système de coffrets et d'armoires. Ces coffrets et armoires sont entièrement composables et doivent respecter la norme IEC EN 60 439-1.
On y trouve les organes de protection, les appareils de mesure et de supervision ainsi que des modules de commande, de communication, etc. Les coffrets et armoires constituent l'enveloppe du TGBT. Le Tableau Général Basse Tension est le point central de la distribution électrique.

Description

Le TGBT est un assemblage d'ossatures d'armoires sur socle de type XL3. Son enveloppe est dimensionnée afin de recevoir les différents départs principaux. Les systèmes de distribution de puissance permettent de réaliser des enveloppes de 125 à 4000A. L'utilisation de plastrons évite les contacts avec les éléments conducteurs sous tension et assure une bonne présentation de l'ensemble. L'enveloppe du TGBT constitue un habillage protecteur et elle a également une fonction design.
Avec l'étendue de ses gammes, l'offre Legrand répond à des exigences de qualité par une réelle liberté et une simplicité de mise en œuvre associée à une fiabilité à toutes épreuves. Les nouvelles enveloppes XL3 4000 sont déclinées en 3 largeurs et 3 profondeurs, pour permettre de réaliser très facilement la configuration choisie. Les assemblages côte à côte ou dos à dos sont possibles et chaque panneau peut être remplacé par une porte pour définir la composition la mieux adaptée à vos besoins. La modularité est totale et sans contrainte.
De même, une attention particulière a été portée à la liberté de la répartition (standard ou optimisée), avec une facilité de montage et un gain de temps lors de la mise en œuvre et lors des opérations de maintenance et d'extension. Ces enveloppes s'intègrent parfaitement avec l'ensemble de la gamme de coffrets et d'armoires XL3, autant du point de vue esthétique que par le mode de mise en œuvre.

coffrets-armoires-tgbt-definition-description-du-tgbt

Le TGBT et la compensation de l'énergie réactive

Généralités

L'énergie électrique distribuée par le réseau, sous forme de courant alternatif via le TGBT, est composée d'une partie active et d'une partie réactive. La partie active se transforme intégralement en puissance mécanique (travail) et en chaleur (pertes), tandis que la partie réactive sert essentiellement à l'alimentation des circuits magnétiques des machines électriques (charges inductives), pour créer leurs propres champs électromagnétiques.
L'utilisateur ne bénéficie que de l'apport énergétique de la partie active. La partie réactive ne peut pas être éliminée du courant fourni. Le but de la compensation de l'énergie réactive est de réduire le courant soutiré sur le réseau. En effet, l'appel important du courant donc de l'énergie réactive sur les réseaux de distribution, entraîne des surcharges au niveau des transformateurs et l'échauffement des câbles d'alimentation. Cela génère aussi des pertes supplémentaires et des chutes de tension importantes.
Afin de diminuer l'énergie totale fournie par le réseau de distribution, cette partie réactive doit être compensée par des dispositifs appropriés. L'économie d'énergie ainsi réalisée sera importante et contribuera à la réduction de l'impact environnemental due à la production de l'électricité. Pour inciter à la compensation et éviter de sur-calibrer son réseau, les fournisseurs d'énergie pénalisent financièrement les consommateurs d'énergie réactive au-delà d'un certain seuil.

Le principe de la compensation

L'énergie réactive consommée, par les charges qui présentent une composante inductive (transformateurs, moteurs, etc.), est compensée en utilisant des batteries de condensateurs dans l'installation. La distance entre le TGBT et la batterie ne doit pas dépasser 15 m. Ce dispositif doit être mis au plus près de la charge pour éviter que l'énergie réactive ne soit appelée sur le réseau. La puissance réactive des condensateurs à mettre en œuvre, doit être déterminée en fonction de la puissance de l'installation, du facteur de puissance (cos φ) d'origine et du cos φ requis à l'arrivée.
En tarif vert, l'énergie réactive est mesurée et facturée par le fournisseur. La compensation permet de réduire directement la facture. En tarif jaune, la prise en compte de l'énergie réactive par le fournisseur est forfaitaire. La compensation permet de réduire la puissance souscrite et d'optimiser son contrat ou bien de disposer d'une puissance active supplémentaire sans modifier son contrat.
La compensation peut être :
- Globale : La batterie de condensateurs est raccordée en tête de l'installation dans le TGBT et reste en service de façon constante. Ce mode de compensation convient dès lors que la charge est stable et continue.
- Partielle (par secteur) : La batterie de condensateurs est raccordée au tableau de distribution et fournit l'énergie réactive par partie ou par groupe de récepteurs. Ce mode de compensation convient lorsque l'installation est étendue et comporte des parties dont les régimes de charge sont différents.
- Individuelle (locale) : La batterie de condensateurs est raccordée directement aux bornes de chaque récepteur du type inductif, notamment les moteurs. Elle est appropriée lorsque la puissance de certains récepteurs est très importante par rapport à la puissance totale. Elle offre le plus d'avantages. C'est la compensation idéale, car l'énergie réactive est produite à l'endroit même où elle est consommée et dans une quantité ajustée à la demande.
Pour optimiser le contrat de fourniture d'énergie ou pour réduire la puissance souscrite, des batteries de condensateurs pour tarif jaune de type BX seront mises en œuvre pour compenser globalement la dégradation du facteur de puissance. Une valeur du facteur de puissance au moins égale à 0,95 devra être obtenue. Les moteurs de forte puissance doivent être compensés localement par des batteries de condensateurs de type BX.

La compensation automatique

Installées en tête de l'ensemble de la distribution BT ou d'un secteur important, les batteries de condensateurs sont divisées en gradins dans le TGBT. La valeur du facteur de puissance (cos ϕ) est détectée par un relais varmétrique qui commande automatiquement l'enclenchement et le déclenchement des gradins en fonction de la charge et du cos ϕ désiré. Le transformateur de courant doit être placé en amont des récepteurs et des batteries de condensateurs. La compensation automatique permet l'adaptation immédiate de la compensation aux variations de la charge. Elle évite ainsi, le renvoi d'énergie réactive sur le réseau du fournisseur et les surtensions dangereuses pour les circuits d'éclairage, lors des marches à faible charge de l'installation.
L'intérêt économique de la compensation est mesuré en comparant le coût de l'installation des batteries de condensateurs, aux économies qu'elles procurent. Le coût des batteries de condensateurs dépend de plusieurs paramètres comme : la puissance installée, le niveau de tension, le fractionnement en gradins, le mode de commande et le niveau de qualité de la protection.

Les batteries de condensateur

La compensation peut se faire en basse tension ou en haute tension en utilisant des condensateurs dans le TGBT. En basse tension la compensation est réalisée avec deux familles de produits :
- les condensateurs de valeurs fixes ou condensateurs fixes (si la puissance des condensateurs est inférieure à 15% de la puissance du transformateur) ;
- les équipements à régulation automatique ou batteries automatiques (dès lors que la puissance des condensateurs est supérieure à 15% de la puissance du transformateur), qui permettent l'adaptation immédiate de la compensation aux variations de la charge. Lorsque la puissance à installer est supérieure à 800 kvar avec une charge stable et continue, il peut être plus économique d'installer sur le réseau des batteries de condensation haute tension.

Les Batteries de condensateurs BX fixes

Les batteries de condensateurs BX fixes, utilisées dans le TGBT, permettent la compensation d'installations à charge constante, la compensation à vide des transformateurs ou la compensation individuelle de moteurs. Elles sont constituées de condensateurs secs avec des bobinages enrobés sous vide. Leur consommation totale est inférieure à 0,3 W/kvar. Il en existe trois modèles S, H, SHA, selon le degré de pollution harmonique. Pour la compensation des installations en tarif vert les batteries de condensateurs fixes de type BX seront installées en tête d'installation lorsqu'elle est à charge constante.

Les Batteries de condensateurs BX automatiques

Les batteries de condensateurs BX automatiques permettent la compensation d'installations à charges variables par commutation automatique des condensateurs par gradins. Elles sont, elles aussi, constituées de condensateurs modèles S, H, SHA, selon le degré de pollution harmonique. Ces condensateurs sont protégés par des fusibles. Ces batteries sont munies de contacteurs adaptés aux courants capacitifs et d'un régulateur varmétrique de commande.
Les régulateurs varmétriques Alptec permettent la commutation automatique des condensateurs par gradin, afin de conserver le facteur de puissance cible. La commande peut être manuelle ou automatique. Ils peuvent agir sur 3, 5, 7 ou 12 gradins, avec un courant d'emploi de 5 A et un facteur de puissance de 0,8 inductif à 0,8 capacitif.
En compensation des installations en tarif vert, les batteries de condensateurs automatiques de type BX seront installées en tête d'installation lorsqu'elle est à charge variable. Un régulateur varmétrique de type Alptec contrôlera la connexion et la déconnexion des condensateurs par gradin afin de conserver le facteur de puissance cible.

La protection des batteries de condensateur

La mise en service d'un condensateur dans le TGBT, équivaut à un court-circuit pendant son temps de charge ou de décharge. Les batteries de condensateurs doivent donc être protégées par des disjoncteurs de type DX ou DPX bien adaptés à leur puissance. Les disjoncteurs de protection sont donc choisis avec déclencheurs à seuil instantané élevé.
Dans les installations ayant un degré de pollution harmonique important, un filtrage est nécessaire. Les batteries de condensateurs avec selfs anti-harmoniques de type SAH sont à installer afin de filtrer ces harmoniques.

coffrets-armoires-tgbt-tgbt-compensation-energie-reactive
coffrets-armoires-tgbt-tgbt-compensation-energie-reactive

Le TGBT et la supervision

Principe

Afin d'avoir un TGBT communicant, un système de supervision de l'installation électrique sera mis en place. Ce système permettra de contrôler et d'optimiser la consommation d'énergie, à tout moment, sur l'ensemble du réseau électrique. Ce système de supervision du TGBT assurera la surveillance de l'ensemble du matériel pour leur sécurité, leur commande, la rapidité des interventions et la continuité de service.
Les différents appareils de mesure, boîtiers de commandes et appareils de coupure et de protection, installés dans le TGBT, communiqueront avec un ordinateur personnel à travers un bus de terrain RS-485. Grâce au protocole Modbus, et avec un logiciel de supervision ils peuvent ainsi lui transmettre leur état physique et fonctionnel, ainsi que les valeurs des grandeurs électriques mesurées. L'utilisation d'un système homogène est primordiale pour garantir la compatibilité donc l'efficacité des différents éléments.
Avec le protocole de communication Modbus, le système de supervision du TGBT applique la relation maître/esclave entre les appareils et assure le transport des données sur plusieurs centaines de mètres sans perte de signal. Il inclut, outre les centrales de mesure, un système d'interfaces électroniques et d'interfaces de signalisation et de commande reliées à chaque circuit par des capteurs. A partir du PC, le système permet : le stockage, le traitement et la visualisation des données à tous les niveaux de l'installation.

Les appareils de protection et leurs dispositifs de communication

Le boîtier d'automatisme

Il est utilisé dans le TGBT pour commander les inverseurs de sources automatiques. Ces inverseurs de sources sont réalisés avec des disjoncteurs ou des interrupteurs de type DMX³ ou DPX. Ce type de boîtier d'automatismes est un boîtier de commande communicant, qui est muni d'une sortie RS-485 pour se raccorder à un bus. L'état des inverseurs sera reporté sur le poste de supervision ainsi que les valeurs des tensions principales et secondaires, et le temps de fonctionnement de chaque source.

Disjoncteurs ouverts

Ces disjoncteurs de puissance de type DMX3 sont équipés d'unités de protection électroniques communicantes, d'unités de protection à écran LCD et à écran tactile. Ce type de disjoncteur est installé dans le TGBT en tête d'installation. Il est doté d'un déclencheur électronique supervisable de type unité de protection DMX³ avec unité de mesure intégrée.
L'appareil relèvera les courants, les tensions, les puissances actives et réactives, les fréquences, les taux de distorsion harmonique en tête d'installation. Il reportera ces informations sur le PC de supervision via le bus de terrain RS-485. Le disjoncteur sera équipé de tous les auxiliaires nécessaires pour être piloté à distance. Il a une sélectivité logique et une fonction de mémorisation de défauts.

Disjoncteurs boîtiers moulés

Ce sont des disjoncteurs de puissance électroniques de type DPX ou DPX3. Ils peuvent se raccorder au bus RS-485 pour transmettre leur état au PC de supervision, ainsi que leurs réglages de fonctionnement et les relevés de courant.
Les disjoncteurs de puissance magnétothermiques sont équipés d'auxiliaires. Ces interfaces permettent le report des informations et la commande à distance, via une interface RS-485 de type interface de signalisation et de commande.

Disjoncteurs modulaires

La commande et le report d'état des disjoncteurs modulaires seront assurés par des auxiliaires associés via une interface de type interface de commande et de signalisation raccordée au bus RS-485. Cette interface permet de transmettre la position des contacts auxiliaires et les signaux de défauts associés aux disjoncteurs DPX ou DNX/DX et de recevoir les commandes pour les déclencheurs. L'interface de signalisation et de commande, possède 24 entrées pour contacts auxiliaires ou signal défaut et 6 sorties pour commande des déclencheurs.

Centrales de mesure communicantes

Les centrales de mesure communicantes du TGBT permettent de relever les grandeurs significatives de l'installation électrique en un ou plusieurs points. Elles disposent d'une sortie RS-485 pour s'intégrer facilement dans un système de type supervision de puissance et reporter les valeurs mesurées sur un PC de supervision. La centrale mesurera entre autres, dans le TGBT, les tensions (simples et composées), les courants (dans les phases et dans le neutre), les puissances (actives, réactives et apparentes). Elle mesurera aussi les énergies (actives et réactives) consommées, la fréquence et le facteur de puissance. Un convertisseur de signal RS485/RS232 connecté au réseau permettra le renvoi d'informations vers le tableau de supervision informatique (PC) situé dans un local de surveillance technique.

Logiciel de supervision

Un logiciel de supervision spécialement configuré et personnalisé est nécessaire. Il permettra de visualiser l'état des éléments de l'installation et les valeurs électriques mesurées et de commander certains appareils du TGBT. La supervision de l'installation est réalisée à partir d'un PC relié au bus RS-485. Les logiciels de supervisions sont généralement personnalisables en fonction de l'installation.

coffrets-armoires-tgbt-tgbt-supervision
coffrets-armoires-tgbt-tgbt-supervision
coffrets-armoires-tgbt-tgbt-supervision
coffrets-armoires-tgbt-tgbt-supervision
coffrets-armoires-tgbt-tgbt-supervision

La mesure des grandeurs électriques dans le TGBT

Généralités

Il existe de multiples solutions pour mesurer et afficher les principales grandeurs d'une installation électrique. Ces mesures portent sur les courants et tensions par phase, les tensions composées, la fréquence, le facteur de puissance, la puissance instantanée active, réactive et apparente. Ces organes de mesures du TGBT doivent être en conformité avec les normes NF IEC 60 051/NF EN 60 051-1 (appareils de mesure électroniques et indicateurs analogiques) et VDE 0410 (règles de sécurité pour les appareils de mesure indicateurs et enregistreurs). Ces différents organes de mesures électriques sont prévus en tête de l'installation et en tête de chaque armoire de distribution électrique.
La mesure est effectuée par des ampèremètres, compteurs d'énergie ou centrales de mesure. Ces appareils sont raccordés à des transformateurs de courant (TC) 5A, de rapport adapté, placés sur les barres ou les câbles. Les différents appareils de mesure sont modulaires et fixés sur rail en fond d'armoire, ou encastrables et directement fixés sur la porte de l'armoire. Dans le cas de TGBT et d'armoires, de fortes puissances, notamment en tarif vert, il faudra veiller à l'éloignement des appareils de mesure (environ 1m), des jeux de barres de très forte puissance.

Centrales de mesure multifonctions

Les centrales de mesure multifonctions mesurent et affichent au niveau du TGBT, les principales grandeurs électriques d'une installation basse tension, jusqu'à 8000A. Elles se branchent par l'intermédiaire d'un transformateur de courant 5A. Le comptage de l'énergie active et réactive y est efficace (sortie impulsionnelle pour report à distance). Elles existent en versions encastrables ou modulaires (6 modules) et en versions standards ou communicantes via une liaison RS 485.

Ampèremètres et Voltmètres

Installés dans le TGBT, les ampèremètres et Voltmètres analogiques mesurent et affichent respectivement l'intensité du courant et la tension alternative ou continue. Les ampèremètres/Voltmètres digitaux fonctionnent en mode ampèremètre ou voltmètre, ils sont modulaires (4 modules). Les indicateurs analogiques permettent de visualiser localement une grandeur instantanée et variable (tensions et courants par phase, tensions entre phases, fréquence), notamment dans les contrôles et process industriels, sur les divers points de commande et de contrôle.
Les indicateurs sont facilement interchangeables et peuvent être accolés les uns aux autres. Grâce à un commutateur, on pourra mesurer à partir d'un seul ampèremètre ou voltmètre, les courants ou les tensions d'un circuit. En effet, les commutateurs d'ampèremètre ou de voltmètre permettent de sélectionner manuellement le courant ou la tension à mesurer. Ils existent en versions encastrables ou modulaires (3 modules).

Compteurs d'énergie électrique

Les compteurs d'énergie électrique mesurent l'énergie électrique consommée par un circuit monophasé (2 modules) ou triphasé (4 modules), en aval du comptage du distributeur d'énergie depuis le TGBT. Ils se branchent directement ou par l'intermédiaire d'un transformateur de courant 5A. Le report des informations à distance, est effectué grâce à leur sortie impulsionnelle par contact sec.
Des compteurs Legrand mesurent l'énergie active et indiquent par un cadran le cumul des consommations sur les circuits de l'installation. Dans les tableaux de branchement à puissance limitée (tarif bleu) ou à puissance surveillée (tarif jaune), ils sont notamment prévus :
- sur le jeu de barres "chauffage électrique" si la surface chauffée dépasse 400 m² ;
- sur le jeu de barres "éclairage" quand la surface éclairée dépasse 1000 m².
La norme NF IEC 61 036 est de rigueur pour les compteurs statiques d'énergie active.

coffrets-armoires-tgbt-mesure-grandeurs-electriques-dans-tgbt
coffrets-armoires-tgbt-mesure-grandeurs-electriques-dans-tgbt
coffrets-armoires-tgbt-mesure-grandeurs-electriques-dans-tgbt
coffrets-armoires-tgbt-mesure-grandeurs-electriques-dans-tgbt

Le TGBT et les équipements de protection

La protection contre la foudre

Les parafoudres basse tension

Les parafoudres sont utilisés pour la protection des appareils sensibles contre les effets directs et indirects de la foudre, et également la limitation des conséquences néfastes sur la sécurité des personnes. La norme Européenne EN 61643-11 (NF EN 61643-11) définit essentiellement les parafoudres suivant 2 niveaux (types) : Type 1 (T1) et type 2 (T2). Installés dans le TGBT, leur utilisation contribue à l'optimisation de la continuité d'exploitation.
La protection contre les effets de la foudre dépend de 3 facteurs importants : le niveau kéraunique (densité de foudroiement), le type d'alimentation du bâtiment : aérien ou enterré, la présence ou non d'un paratonnerre. Son principe repose particulièrement sur la capture de la foudre et l'écoulement du courant à la terre, de l'utilisation de parafoudres et la protection passive de l'installation (protection apportée par l'installation elle-même : régime de neutre, réseau de terre).
Les parafoudres doivent être de type 2, sauf pour les installations équipées de paratonnerres ou à risques très élevés (NF EN 62305). Ils sont aussi strictement conseillés en zones de montagnes, au voisinage des plans d'eau ou des grandes structures (immeuble, arbres, etc.), dans le cas d'installations en fin de ligne ou localisées à moins de 50m de bâtiments équipés de paratonnerres. Ils sont aussi recommandés dans toutes les installations, où la sécurité des personnes peut dépendre directement ou indirectement de la continuité de service de ces équipements.
Les parafoudres ne protègent pas contre les coups de foudre directs sur les bâtiments. Dans le TGBT, ils limitent seulement le niveau des surtensions d'origine atmosphérique provenant du réseau de distribution à un niveau conciliable avec la tenue aux chocs des matériels de l'installation et des matériels alimentés par cette installation. Ils possèdent 3 capacités d'écoulement et une protection intégrée contre les courants de surcharge et les courants de court-circuit.
Afin d'optimiser le fonctionnement du parafoudre, la longueur du raccordement doit être la plus courte possible, entre le bornier phase/neutre et le conducteur (PE, PEN). Il doit être installé en parallèle, tout en respectant les règles de la CEM (Compatibilité Electro Magnétique), c'est à dire : éviter les boucles et bloquer les câbles contre les masses métalliques.

Les parafoudres pour les lignes téléphoniques

La norme NF C 15-100 et le guide UTEC 15-443 recommandent la présence de parafoudres pour les lignes téléphoniques et les réseaux de communication, pour une protection complète de l'installation en présence de parafoudres sur le circuit de puissance. Ils assurent la protection contre les surtensions des équipements raccordés sur la ligne téléphonique tels que téléphone, télécopieur, modem, etc. Ces parafoudres sont équipés de voyants de signalisation Vert (parafoudre en état de fonctionnement) et Orange (parafoudre à remplacer). Ils doivent être conformes aux normes NF EN 61643-21 et IEC 61643-21.

La protection par les disjoncteurs et interrupteurs-sectionneurs généraux

Généralités

Ces appareils assurent la protection des départs et des têtes de groupe et sont en tête de l'installation. Le TGBT intègre le coffret d'arrêt d'urgence placé à l'extérieur, les protections différentielles, les protections générales des tableaux divisionnaires et les protections différentielles particulières des équipements de sécurité incendie. Le choix d'un système de répartition souple et performant est un atout important pour préparer les extensions de l'installation.
Quelles que soient les modifications en aval, les appareils de coupure et de protection de puissance doivent répondre aux exigences. Ils ne doivent pas constituer un frein à l'évolution de l'installation. Les disjoncteurs ouverts D DPX3 (de 800 à 4 000A) et les disjoncteurs boîtiers moulés DPX3 à déclencheur électronique (de 40 à 1 600A) permettent une grande souplesse d'utilisation grâce à leurs caractéristiques. Ces disjoncteurs autorisent un réglage précis des seuils d'interventions en temps et en courant pour les surcharges et les courts-circuits.

Disjoncteurs

Le disjoncteur est un appareil électromagnétique capable d'établir, de supporter et d'interrompre des courants dans des conditions normales, mais surtout dans celles dites «anormales», c'est-à-dire les surcharges et les courts-circuits. Il s'ouvre alors automatiquement. Après élimination du défaut, il suffit de le réarmer par une action manuelle sur la manette prévue à cet effet. Le disjoncteur assure la protection selon 2 principes : thermique et magnétique.
Il existe trois types de disjoncteurs : magnétique, thermique et magnétothermique. Le disjoncteur magnétique assure la protection contre les courts-circuits. Le disjoncteur thermique assure la protection contre les surcharges. Tandis que le disjoncteur magnétothermique cumule les deux fonctions et assure la protection contre les courts-circuits et contre les surcharges. Certains disjoncteurs ne comportent pas de sous-ensemble thermique mais uniquement magnétique. Ces disjoncteurs, positionnés dans le TGBT, sont destinés à la protection des canalisations électriques alimentant les moteurs de désenfumage contre les courants de court-circuit. Ils ne se déclenchent pas en cas de surcharge, et acceptent les pointes de courant liées au démarrage de ces moteurs.
Le choix d'un disjoncteur s'effectue en fonction :
- de la norme d'installation : exemple NF C 15-100, (installation domestique, type de récepteur, intensité d'emploi et courbes de fonctionnement) ;
- des normes produits ;
- des caractéristiques du réseau (tension et fréquence) ;
- de l'environnement (type de local, température, section et nature des câbles en aval) ;
- des impératifs d'exploitation (sélectivité, auxiliaires de commande, etc.).
Les disjoncteurs ouverts DMX3 intègrent un concentré de technologie pour protéger et commander toutes les installations basse tension jusqu'à 4000A. La gamme présente beaucoup d'avantages en termes de performance énergétique, économique et d'exploitation. Ces disjoncteurs permettent la protection et le contrôle en tête des installations basse tension et forment un seul bloc avec le module de protection.

Les différentiels

Ils sont conformes aux normes NF EN 61008-1 (interrupteurs différentiels) et NF EN 61009-1 (disjoncteurs différentiels). Il en existe trois types :
- les types AC pour la détection des défauts à composante alternative ;
- les types A pour la détection des défauts à composantes alternative et continue (circuits spécialisés : cuisinière, plaque de cuisson, lave-linge, etc.) ;
- les types Hpi pour la détection des défauts à composantes alternative et continue (type A) avec une immunité renforcée aux déclenchements intempestifs (environnements perturbés : circuits informatiques, chocs de foudre, lampes fluo...).
Ils reçoivent les auxiliaires de signalisation et de commande. Les auxiliaires se montent à gauche des appareils et il est possible de les monter par appareil :
- 1 auxiliaire de commande + 1 auxiliaire de signalisation 0,5 module ;
- 2 auxiliaires de signalisation + 1 module, qui se montent entre le disjoncteur et l'auxiliaire de commande.
Les auxiliaires communs aux disjoncteurs et disjoncteurs différentiels DNX, DX, DX-H, DX-L, DX-D et DX-MA et aux inter différentiels, acceptent le passage du peigne d'alimentation. Les inter différentiels à bornes auto, permettent le raccordement direct et automatique par peignes des disjoncteurs DNX et DX uni + neutre bornes auto ou bornes à vis. Le disjoncteur de tête DPX peut se monter sur rail jusqu'à 250A.
Pouvoir de coupure :
4500 - NF EN 60898-1 - 400 VA} (230 VA} pour uni + neutre)
6 kA - EN 60947-2 - 400 VA} (230 VA} pour uni + neutre)
6000 - NF EN 60898-1 - 400 VA (230 VA pour uni + neutre)
10 kA - EN 60947-2 - 400 VA (230 VA pour uni + neutre)
Les blocs différentiels adaptables sont utilisés dans le TGBT, pour la protection du tête de groupe et des départs (1,5 modules par pôle). Ils se montent à droite des disjoncteurs DX-L, DX-D 25 kA et DX-MA 3P et 4P de 10 à 63A. Ils sont de type Hpi avec un voyant bleu qui identifie le déclenchement différentiel.
Afin d'assurer la continuité de service dans certains locaux où les déclenchements intempestifs des disjoncteurs ne sont pas admissibles, l'association d'un disjoncteur différentiel Hpi, avec une commande motorisée et un réenclencheur STOP&GO est primordiale. Ce réenclencheur rétablit immédiatement le courant, et évite tous les inconvénients d'un manque d'alimentation électrique. Il ne protège pas contre les chocs de foudre, réservés au parafoudre de l'installation. Avec le stop&go, le retour automatique de l'alimentation est réalisé en toute sécurité.

coffrets-armoires-tgbt-tgbt-equipements-protection
coffrets-armoires-tgbt-tgbt-equipements-protection
coffrets-armoires-tgbt-tgbt-equipements-protection

TGBT et sélectivité

Le but de la sélectivité dans le TGBT est de coordonner la protection de manière à ce qu'un défaut sur un circuit ne fasse déclencher que la protection placée en tête de ce circuit. Elle permet d'éviter la mise hors service intempestive de l'installation. Il existe deux types de sélectivité : la sélectivité dynamique et la sélectivité logique. La gamme DPX, permet de réaliser tous les types de sélectivité. La sélectivité permet d'améliorer la continuité de service et la sécurité de l'installation.
La sélectivité dynamique optimale entre deux disjoncteurs électroniques S1 ou S2 avec 2 niveaux de réglage, est basse pour des applications qui n'ont pas de contraintes évidentes de sélectivité. Elle est haute pour des réalisations où les niveaux de sélectivité demandés sont au maximum. La sélectivité logique sur 3 niveaux, entre plusieurs disjoncteurs électroniques S2, nécessite une simple liaison filaire entre leurs cartes électroniques. Avec cette sélectivité, seul le disjoncteur le plus proche du défaut se déclenche sans tenir compte du réglage.

coffrets-armoires-tgbt-tgbt-selectivite

Le TGBT – Peignes, répartiteurs et divers

Les peignes

Les peignes d'alimentation verticale

Les peignes d'alimentation verticale permettent l'alimentation sans repiquage en toute sécurité du parafoudre monobloc protégé, des inter et disjoncteurs différentiels monophasés 25, 40 et 63A (avec dispositif de raccordement 63A). Placés en tête de rangée dans les armoires (entraxe entre rails 125 et 150mm), ils sont parfaitement adaptés aux applications habitat et tertiaire, tarif bleu monophasé, de 3 à 12 kVA.
C'est une alimentation verticale qui supprime les câbles de repiquage et libère de la place de câblage. Les solutions associées aux peignes d'alimentation permettent la répartition à la rangée ou par groupes de circuits. Elles permettent aussi l'association de l'alimentation verticale/répartition horizontale avec la liberté de choix entre bornes automatiques et bornes à vis.

Les peignes universels

Ils permettent l'alimentation directe d'une rangée d'un circuit ou d'un groupe de circuits dans le TGBT. Le type universel phase + neutre est réversible : bleu (neutre), noir (phase). Ils se connectent indifféremment sur des connexions automatiques ou à vis (Lexic auto, Lexic à vis). L'alimentation directe phase/neutre à partir d'un appareil de tête arrivée/départ par le haut, ou d'un module de raccordement est possible.
Le type universel phase + neutre 1,5 module, permet d'alimenter une rangée de disjoncteurs à vis avec contact auxiliaire (exemple : coupure fil pilote). Ces peignes disposent des accessoires de protection pour les dents et les extrémités.

Les peignes de tête

Ils sont en répartition jusqu'à 63A. Dans le TGBT, c'est une alimentation maitrisée qui se marie avec la répartition horizontale (peignes universels). Le peigne tête trident sert à distribuer de façon équilibrée du triphasé sur des phases/neutres. L'équilibrage et la répartition y sont effectués par rangée. Les solutions de la gamme Lexic permettent, au-delà du concept modulaire, d'organiser librement le tableau, en autorisant tous les choix en monophasé et en triphasé.

Les répartiteurs

Les répartiteurs permettent de répartir l'alimentation dans le TGBT des appareils de protection et de coupure d'une rangée modulaire jusqu'a 24 modules. Ils assurent l'alimentation directe sur plage, par câbles avec cosses ou par barres souples ou rigides. La répartition se fait par cordons connecteurs à verrouillage automatique.
Ils offrent la possibilité de préparer les évolutions futures, afin de pallier à d'éventuelles modifications. En version verticale, il est possible d'ajouter un disjoncteur jusqu'à 630A sans nécessité de mise hors tension du tableau. L'utilisation de ces répartiteurs fait gagner du temps pour l'installation. La maintenance y est rendue facile et sécurisée.
Les répartiteurs de puissance extra-plats et étagés (125 à 400A) sont équipés selon la norme NF X 08-003 d'un écran de protection avec l'indication « tension dangereuse ». Le système de répartition optimisé permet des évolutions jusqu'à 1600A. Avec ce système, le temps et le nombre de conducteurs sont réduits, tout en améliorant la fiabilité et la sécurité.

tableaux-electriques-peignes-alimentation-peignes-alimentation-verticavx³

 

Blocs de sécurité ECO 2

Une solution pour les bâtiments HQE / BBC

Des chantiers à visiter

Témoignages de professionnels qui ont fait confiance à Legrand

Economie durables

Toutes les solutions Legrand pour l'efficacité énergétique du bâtiment

XL Pro³ 400

Découvrez tous les avantages des nouvelles fonctionnalités et des nouveautés de l’offre Protection