Particuliers > Eclairage > Interrupteurs - interrupteurs électriques

Eclairage

eclairage-interrupteurs-differents-principes-interrupteurs-electriques


Interrupteurs

Les différents principes d'interrupteurs électriques

eclairage-interrupteurs-differents-principes-interrupteurs-electriques


 

Interrupteur « simple »

Dans le domaine de l'électricité, un interrupteur « simple » est un appareil à 2 contacts qui commande l'ouverture ou la fermeture d'un circuit. En autorisant ou en interrompant le passage du courant électrique (donc en agissant sur le fil de la phase), l'interrupteur permet de commander la marche ou l'arrêt d'un appareil électrique.

Nous verrons plus loin qu'il existe actuellement, toute une déclinaison d'interrupteurs, ayant chacun des caractéristiques techniques, ergonomiques ou d'usage propres.

Interrupteur dit « va et vient »

L'interrupteur-va et vient est muni d'un contact supplémentaire. Il est donc caractérisé par une arrivée et deux sorties. Le câblage nécessite un fil « navette » entre les 2 va et vient. Ce principe permet de commander un même point d'éclairage depuis deux (et seulement 2) points de commande (2 va et vient).Tout comme l'interrupteur « simple », on agit que sur le fil de la phase. La position d'un va et vient, est complémentaire de la position de l'autre grâce au fil « navette » : on peut donc allumer ou éteindre indifféremment depuis l'un ou l'autre va et vient le point d'éclairage.

Interrupteur différentiel

L'interrupteur différentiel est le plus souvent installé au tableau électrique. Il coupe instantanément le circuit lors d'un contact accidentel avec le courant. Pour une protection optimale des personnes, l'interrupteur différentiel doit avoir une sensibilité de 30 mA (1).
La norme NF C 15-100 impose que tous les circuits du logement soient protégés par un différentiel adapté (AC, A, ou Hpi).Il est en outre recommandé d'en prévoir spécifiquement un pour chaque appareil « à risque potentiel » du type machines à laver.
(1) Pout les lieux particulièrement humides on recommande même un interrupteur différentiel de sensibilité de 10 mA.

Interrupteurs - les différents mécanismes

eclairage-interrupteurs-interrupteurs-differents-mecanismes

















 

Selon leur usage, les interrupteur sont constitués de mécanismes ou d'ergonomies très diversifiés. Nous présentons ci-après la grande famille des interrupteurs, que nous répartirons artificiellement en trois catégories, les basiques, les ergonomiques et les dynamiques.

Les interrupteurs basiques

Interrupteur (ou interrupteur-va et vient) à bascule

Les interrupteurs à bascule sont probablement les plus utilisés. Ils s'apparentent à une touche plus ou moins large permettant tout simplement d'allumer ou d'éteindre un appareil, le plus souvent un point d'éclairage (lustre, applique, autre luminaire…).

Interrupteur (ou interrupteur-va et vient) à bascule avec voyant lumineux ou couronne lumineuse

Il permet, en plus de sa fonction de base, d'être visible dans le noir et donc d'être repéré pour allumer la lumière la nuit.

Interrupteur (ou interrupteur-va et vient) à bascule avec témoin lumineux

Il permet, en plus de sa fonction de base, de connaître l'état de la source lumineuse. Si le point d'éclairage est allumé, le témoin est allumé. Ceci est particulièrement utile lorsque l'interrupteur n'est pas dans le même lieu que le point d'éclairage (exemple : allumage de la cave depuis le rez de chaussée).

Interrupteur de VMC

Il permet, de commander la ventilation mécanique contrôlée (VMC) avec la possibilité de choisir l'une des 2 vitesses de fonctionnement.

Interrupteur à levier

Pour l'utilisateur, l'interface d'un interrupteur peut être un levier de commande. Il se présente alors comme une manette légèrement saillante (à la façon des anciens interrupteurs en porcelaine).

Interrupteur à bouton poussoir

Les interrupteurs à bouton poussoir, sont actionnés eux aussi par un mouvement simple : une touche circulaire à enfoncer.

Interrupteur silencieux

Pour l'utilisateur, l'interface de cet interrupteur sera alors une touche étroite qui déclenchera un mécanisme dont les contacts sont particulièrement « amortis » pour rendre la commande encore plus silencieuse.

Interrupteur tactile

L'interrupteur tactile est encore nommé interrupteur sensitif (par ceux qui ont connu l'ancienne technologie). Basé sur le même principe que les écrans tactiles, il est très prisé par les nouvelles générations.

Interrupteur à effleurement

L'interrupteur à effleurement est particulièrement intéressant dans les pièces où on peut être amené à avoir les mains encombrées ou « salies » (par exemple une cuisine lorsqu'on est en train de préparer de la patisserie). Il suffit d'approcher la main devant l'interrupteur à effleurement, sans le toucher, pour commander le point lumineux.

Interrupteur rotatif

Son véritable nom est commutateur rotatif. Celui-ci s'actionne par une molette fixé sur un axe rotatif. Son mécanisme offre plusieurs positions et peut par exemple être utilisé pour commander plusieurs vitesses de rotation d'un moteur électrique.

Les interrupteurs dynamiques

Interrupteur automatique

L'interrupteur automatique permet d'allumer la lumière lorsqu'on passe devant. Il permet également son extinction selon une temporisation réglable. Certains fabriquants proposent en outre des touches supplémentaires pour forcer la marche ou l'arrêt.

Interrupteur automatique de balisage

L'interrupteur automatique de balisage permet, lorsqu'on passe devant, , d'allumer un voyant qui balise un lieu de passage dans la nuit (couloir par exemple) ou signale un obstacle (par exemple une marche).

Interrupteur-variateur

L'interrupteur-variateur permet d'allumer et d'éteindre, mais surtout, de faire varier l'intensité de la lumière du point d'éclairage commandé. Il est particulièrement adapté aux pièces de « confort » : salon, chambre, etc….

Les interrupteurs communicants - Interrupteur multiscénarios

L'interrupteur-multiscénarios auquel on a adjoint une technologie de dialogue (courant porteur, radio ou BUS) permet aux commandes d'éclairage, de volets roulants électriques, de chauffage (auxquelles on a adjoint également la même technologie de dialogue) de communiquer entre elles. Ceci permet de se créer des scénarios de vie et de réaliser une économie d'énergie. Par exemples, scénario 1 : lorsqu'on arrive dans la maison, on allume d'une seule touche sur l'interrupteur-multiscénarios les lumières du salon, et on ouvre tous les volets roulants ; scénario 2 : lorsqu'on part au travail, on éteint, toujours d'une seule touche sur l'interrupteur-multiscénarios toutes les lumières, on ferme les volets roulants de l'étage et on met le chauffage en mode économique...

Les interrupteurs, le design, les économies d'énergie

eclairage-interrupteurs-interrupteurs-design-economies-energie
 

Interrupteur et design

Alors qu'autrefois les interrupteurs étaient uniformes et souvent inesthétiques, ils sont devenus des produits au design très étudié. La beauté, le raffinement des formes et des couleurs, le choix des matières des interrupteurs en font des éléments participant à part entière à la personnalisation des décorations intérieures.

Par exemple certains interrupteurs aux tons tranchés et branchés, les désignent pour être vus. Plus électriques, leurs teintes entrent tout naturellement dans les univers coloré, mais aussi partout ou on veut égayer ses décors. Ou bien encore d'autres interrupteurs anodisés proposent une approche design très novatrice. Fabriqués à partir de feuilles de métal, ils allient une matière et des teintes inhabituelles dans le monde de l'interrupteur.

Les matières des interrupteurs se déclinent à l'infini : cuir de son fauteuil, bois de son armoire, les matières traditionnelles de notre mobilier s'invitent aujourd'hui sur nos murs avec les nouveaux interrupteurs. Et d'autres matières encore : verre et porcelaine, des matières qui habillèrent interrupteurs et prises au début de l'électricité ? Intemporelles, elles sont aujourd'hui la modernité par excellence.

Avec la variété des formes et la diversité des couleurs et des textures, les interrupteurs ne se cachent plus. Ils se montrent et contribuent à statuer un style de vie.

Interrupteur et économies d'énergie

Associer au quotidien bien être et anti-gaspillage est tout à fait réaliste grâce à de bons interrupteurs et à des gestes simples. Quand on sait par exemple que le chauffage représente souvent plus de 60 à 70 % de la consommation d'énergie d'un ménage et que baisser la température de sa maison d'un degré, fait baisser la facture de 7%, on a envie de faire les bons choix tant en matière de mode de chauffage que de commande de celui-ci, avec par exemple un interrupteur-programmateur. Quand on sait que l'éclairage, c'est en moyenne 14% de la consommation d'électricité d'une maison et que certains interrupteurs domotiques peuvent nous faire gagner jusqu'à 50% sur un point d'éclairage, on a envie d'être acteur dans la lutte contre le gaspillage en choisissant des interrupteurs automatiques par exemple (voir ci-dessus).